Cette signature porte la France au niveau de 6ème pays à ratifier cette convention, en présence de Guy Rider, directeur général du Bureau International du Travail et les organisations syndicales françaises membres de l’OIT, rappelant ainsi que face à cette nouvelle forme d’esclavage qui concerne plus de 20 millions de personnes dans le monde, la coopération internationale est indispensable pour mettre en place des standards exigeants à même de protéger les individus.

L’UNSA était représentée par Émilie Trigo, secrétaire nationale de l’UNSA.