Les outils du PCN sont la médiation et la communication. Plutôt que la sanction juridique qui permet souvent aux responsables de ne pas être inquiétés, ces outils permettant d’agir au-delà des frontières juridiques et nationales, tout en permettant d’amener l’entreprise à se tourner vers une évolution plutôt qu’une confrontation stérile.

Le Point de Contact National (PCN) français de l’OCDE tenait ce 15 novembre sa 4ème réunion annuelle d’information, l’UNSA y était représentée par Émilie Trigo, secrétaire nationale.

A cette occasion, le bilan d’activité de mai 2015 à octobre 2016 a été présenté par Jean-Marie Paugam, président du PCN français et Maylis Souque, secrétaire générale du PCN français, avant qu’une seconde table ronde ait lieu sur le thème « La conduite responsable des entreprises : une consécration du droit souple ? », au cours de laquelle sont intervenus Sophie Schiller, directrice du projet de recherche « Paris Sciences et Lettres », Devoir de vigilance, Pascal Canfin, directeur général de WWF, Pascale Thumerelle, directrice de la RSE chez Vivendi et Cyril Cosme, directeur du bureau de l’OIT à Paris.