A cette occasion, la Confédération Européenne des Syndicats, dont est membre l’UNSA, rappellera qu’elle souhaite que des propositions ambitieuses soient faites, qui :

incluent des droits exécutoires ainsi que des critères de référence et des recommandations ; améliorent les droits sociaux et le niveau de vie ; prévoient des investissements en faveur de services publics forts, des emplois et de la qualité de l’emploi et d’une croissance durable ; encouragent le dialogue social, la négociation collective et les augmentations salariales afin de soutenir la demande économique et de combattre les inégalités ; aillent au-delà de la zone euro et de normes minimales. En effet, une importante revendication de la CES porte sur des propositions législatives visant à encourager le travail de qualité et à mettre fin aux changements incessants générant flexibilité et précarisation, par exemple à travers une meilleure réglementation des plateformes en ligne et une meilleure application des droits existants, s’accompagnant de droits pour les travailleurs indépendants.

Ces propositions doivent garantir le modèle social reposant sur les droits syndicaux et protéger les conventions collectives, particulièrement dans le contexte de la libre circulation. Elles doivent également introduire de meilleures règles économiques afin que les travailleurs puissent négocier des augmentations salariales et encourager des investissements bien nécessaires dans les services publics tels que les transports et l’aide à l’enfance.